Foire aux questions

    Qu’est-ce que la préménopause et la ménopause?

    La préménopause est due à une diminution de production des hormones féminines par les ovaires vieillissants. À la ménopause, la diminution de production est telle qu'il y a un arrêt des saignements utérins pendant une période consécutive de 12 mois.

    L'âge moyen de la ménopause chez les Québécoises est de 51 1/2 ans. La préménopause est la période s'étalant habituellement de 2 à 8 ans avant la ménopause.

    Les deux principales hormones ovariennes sont l'estradiol-17β et la progestérone. À la préménopause, le premier déficit de production est souvent un déficit en progestérone. Éventuellement, et de manière plus ou moins chaotique, va s'installer un déficit en progestérone et en estradiol-17β.

    Les principaux signes et symptômes de la préménopause ou de la ménopause sont : irritabilité, fatigue, insomnie, douleurs musculaires, douleurs articulaires, bouffées de chaleur, symptômes dépressifs, symptômes anxieux, troubles digestifs, palpitations cardiaques, problèmes urinaires, chute de la libido, sécheresse vaginale, ostéoporose, augmentation du mauvais cholestérol et des triglycérides, prise de poids, perte de cheveux, ect. Des irrégularités menstruelles, des saignements abondants et une augmentation du syndrome prémenstruel sont aussi observés à la préménopause.

    Peu de gens savent que les hormones féminines (estradiol-17β et progestérone) sont les hormones qui exercent le plus de fonctions chez l'humain. Ce qui explique la grande diversité des signes et symptômes de la préménopause ou de la ménopause.

    L'hormonothérapie féminine constitue le traitement le plus efficace pour traiter les signes et les symptômes de la préménopause ou de la ménopause. Cela est logique puisque l'hormonothérapie en traite la cause! Je privilégie nettement l'hormonothérapie féminine bio-identique, et ce, à des doses adéquates.

    Diviseur
    Haut de page

    Qu’est-ce que l’hormonothérapie féminine bio-identique?

    L'hormonothérapie féminine bio-identique est composée de l'estradiol-17β transdermique et de la progestérone. L'appellation "féminine" fait référence aux deux principales hormones produites par les ovaires (estradiol-17β et progestérone) tandis que l'appellation "bio-identique" veut dire "identiques à ce que le corps humain produit" (ici les ovaires).

    Par conséquent, le traitement avec l'hormonothérapie féminine bio-identique consiste à redonner aux femmes les mêmes hormones que leurs ovaires ne produisent plus, ou qu'ils ne produisent plus en quantité suffisante, et ce, dans un but de bien-être et de santé.

    Je privilégie les hormones bio-identiques mises en marché par les compagnies pharmaceutiques, pour des questions d'efficacité, de qualité et de sécurité. Ces hormones sont fabriquées à partir d'analogues stérols présents dans la fève de soya.

    L'aspect préventif de l'utilisation de l'hormonothérapie féminine bio-identique (p. ex.: prévention de l'ostéoporose, des maladies cardiovasculaires et de la maladie d'Alzheimer) est ma plus grande préoccupation. Les données scientifiques suggèrent qu'il faut débuter l'hormonothérapie féminine précocement pour profiter de ses multiples avantages.

    Diviseur
    Haut de page

    Qu’est-ce qui différencie l’hormonothérapie féminine non bio-identique de celle bio-identique?

    De nombreuses recherches scientifiques mettent en évidence de façon non équivoque des différences importantes entre l'hormonothérapie non bio-identique et celle bio-identique. Il est étonnant que ces différences ne soient presque jamais médiatisées. Cette ignorance est la cause d'une désolante et choquante confusion.

    En juillet 2002, suite à la publication des résultats du premier volet de l'étude WHI (Women's Health Initiative), plusieurs femmes ont cessé leur hormonothérapie. Dans cette étude, les hormones utilisées - les ECE (estrogènes conjugués équins) et l'AMP (acétate de médroxyprogestérone) - sont fort différentes des hormones produites par les ovaires. En effet, les deux principales hormones ovariennes sont l'estradiol-17β et la progestérone.

    À ce stade, je tiens à souligner que peu de gens sont au courant des réelles conclusions que l'on peut tirer de l'étude WHI. Le seul risque trouvé statistiquement significatif dans l'étude WHI est une augmentation du risque thromboembolique veineux. Cette augmentation du risque est due à la nature étrangère des hormones utilisées (ECE et AMP), et au fait que les estrogènes ont été donnés par voie orale. (D'ailleurs, les contraceptifs oraux font aussi augmenter le risque thromboembolique veineux.) Le deuxième point à retenir est que les risques augmentés (statistiquement non significatifs) de maladies coronariennes et de cancer du sein ne sont pas associées aux ECE mais uniquement à l'AMP. L'AMP est une substance artificielle, c'est-à-dire qui n'existe pas dans la nature. Selon moi, il faut bannir l'AMP de l'hormonothérapie féminine - l'AMP n'est pas de la progestérone et il peut même avoir un effet anti-progestérone en dehors de l'utérus. Le troisième point à retenir est que chez les femmes ayant débuté l'hormonothérapie avant l'âge de 60 ans (ECE avec ou sans AMP), les chercheurs ont observé une diminution statistiquement significative de la mortalité. Finalement, le quatrième point à retenir est que les bienfaits de l'hormonothérapie dans l'étude WHI sont attribuables aux estrogènes. Les bienfaits des estrogènes (observés dans l'étude WHI) incluent une prévention de l'ostéoporose ainsi qu'une diminution des risques de maladies coronariennes, de cancer colorectal et de cancer du sein. À mon sens, il est tellement important de rétablir la réputation des estrogènes.

    De façon intéressante, les évidences scientifiques veulent que les hormones féminines bio-identiques (estradiol-17β transdermique et progestérone) à dose d'hormonothérapie, en plus de leurs inestimables bienfaits, ne présentent pas les risques associés aux ECE et à l'AMP.

    Les ECE ne sont pas de l'estradiol-17β

    Les ECE (p. ex. : Premarin®) contiennent plusieurs composés estrogéniques différents extraits de l'urine de jument gravide et qui sont donnés par voie orale. Dans les ECE, environ la moitié des estrogènes sont sous forme de sulfate d'estrone.

    Les ECE peuvent faire augmenter les taux de triglycérides, de protéine C réactive et de certains facteurs de coagulation. Ces augmentations sont associées, entre autres, à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires et thromboemboliques.

    L'estradiol-17β transdermique (gel et timbre) à des doses physiologiques ne produit pas ces effets négatifs. De plus, elle peut même faire diminuer les taux de triglycérides et de protéine C réactive.

    L'AMP n'est pas de la progestérone

    L'AMP (p. ex.: Provera®) est une progestine pouvant avoir des effets néfastes pour la santé cardiovasculaire et cérébrale. L'AMP fait aussi probablement augmenter le risque de cancer du sein et possiblement d'autres types de cancer.

    Au contraire, les évidences scientifiques veulent que la progestérone exerce un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires, les maladies cérébrales et même le cancer du sein (et possiblement d'autres types de cancer).

    Diviseur
    Haut de page

    Je suis ménopausée. Je prends des hormones féminines bio-identiques depuis quelques semaines et je saigne, est-ce normal?

    Au Centre, nous observons qu'environ 25 % des femmes ménopausées qui débutent l'hormonothérapie féminine bio-identique de manière continue auront un saignement dans les semaines ou les mois qui suivent le début de la prise d'hormonothérapie.

    Ceci est souvent dû à une période d'adaptation où votre corps doit s'ajuster à de nouveaux taux d'hormones féminines.

    Pour en savoir plus...
    Si vous êtes ménopausée, votre taux sanguin d'estradiol est bas et vos cellules possèdent alors beaucoup de récepteurs des estrogènes. Avec la prise d'estradiol-17β, le nombre de vos récepteurs des estrogènes diminuera comme cela était le cas avant votre ménopause.
    Durant cette période d'adaptation, votre endomètre pourra avoir eu le temps de proliférer, et ainsi occasionner un saignement. C'est une réaction tout à fait normale.

     

    Que dois-je faire?

    • Cessez votre progestérone (PrometriumMD) pendant 1 journée.
    • Diminuez votre dosage d'estradiol-17β (EstrogelMD ou timbre).
      Par exemple, pour celles qui utilisent EstrogelMD, vous pouvez réduire la quantité de gel de moitié. Pour celles qui utilisent un timbre (p. ex. : Estradot® ou Climara®), appliquez un timbre plus faiblement dosé en estradiol-17β (Dre Demers prescrit généralement plus d'un dosage lors de votre visite).


    Si vos saignements sont plus abondants qu'une menstruation normale, cessez vos hormones jusqu'à cessation de vos saignement et reprendre par la suite votre hormonothérapie avec un dosage plus faible d'estradiol-17β. Consultez un médecin en présence d'une hémorragie ou de saignements persistants.

    Si, avec votre dosage diminué d'estradiol-17β (gel ou timbre), vous éprouvez des symptômes de ménopause, vous pouvez augmenter graduellement votre dosage d'estradiol-17β jusqu'à l'obtention d'un soulagement adéquat de vos symptômes.
    Vérifier également si vous prenez correctement vos deux hormones.

     

    Saviez-vous que...
    Après votre période d'adaptation, trois raisons peuvent expliquer la persistance de vos saignements utérins. Les deux premières raisons sont beaucoup plus fréquentes.
    • Vos taux sanguins d'estradiol et de progestérone ne sont pas équilibrés.
      Les résultats de votre bilan sanguin guideront la Dre Demers pour ajuster les dosages de vos hormones. Elle va aussi vérifier si vous prenez correctement vos deux hormones ou s'il n'y a pas d'interactions avec la prise de médicaments ou de produits naturels.
    • Vos ovaires ont produit de l'estradiol-17β.
      La quantité d'estradiol qui s'ajoute à celle fournie par votre gel ou votre timbre peut faire proliférer votre endomètre et ainsi occasionner un saignement.

      Ne soyez pas surprise, vos ovaires peuvent produire de l'estradiol-17β même si vous êtes ménopausée. Règle générale, plus votre ménopause est récente et plus vous êtes jeune, plus cette hypothèse est plausible.
    • Présence d'un problème utérin.
      En présence de saignements utérins inexpliqués, la Dre Demers va procéder à une investigation pour vérifier s'il y a une pathologie utérine sous-jacente (hyperplasie de l'endomètre, fibromes, polypes, cancer...).
    Diviseur
    Haut de page

    J’ai 57 ans et je suis ménopausée depuis 5 ans. Je n’ai jamais pris d’hormones et j’aimerais en prendre pour traiter mes symptômes de ménopause, ainsi que pour prévenir l’ostéoporose et autres problèmes de santé. Est-ce trop tard pour débuter?

    Non. Par contre, deux points importants sont à savoir.

    • Pour soulager vos symptômes de ménopause, telles les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale, il n'est jamais trop tard.
    • Pour prévenir des problèmes de santé, il y a un grand principe de base à retenir :
      Plus vous commencez l'hormonothérapie féminine tardivement suite à la survenue d'un déficit hormonal significatif, moins l'hormonothérapie sera préventive. Le déficit en hormones féminines favorise le développement progressif et potentiellement irréversible de dommages cellulaires telles que la formation de plaques d'athérome dans vos artères, la formation d'amyloïde-β dans vos neurones cholinergiques et la déminéralisation de vos os pouvant conduire respectivement aux maladies cardiovasculaires, à la maladie d'Alzheimer et à l'ostéoporose.

     

    Saviez-vous que dans l'étude WHI...
    Dans le groupe de femmes qui ont commencé l'hormonothérapie avant l'âge de 60 ans (ECE avec ou sans AMP), les chercheurs ont observé une diminution statistiquement significative du taux de mortalité de 30%. Dans le groupe de femmes ayant débuté les ECE avant l'âge de 60 ans, il y a eu une diminution de 20% du risque de maladies (toutes causes confondues) - plus particulièrement une diminution des risques de maladies coronariennes, de fractures, de cancer du sein, de cancer colorectal et de la mortalité.
    Diviseur
    Haut de page

    Dans les dépliants informatifs accompagnant EstrogelMD et PrometriumMD, j’ai lu tous les effets secondaires graves possibles de ces médicaments. Depuis, j’ai peur de prendre mes hormones, ai-je raison?

    Il est d'une grande importance que vous sachiez que les effets secondaires graves rapportés dans les dépliants informatifs proviennent des résultats observés dans l'étude WHI. Je rappelle que dans cette étude, ce ne sont pas des hormones bio-identiques qui ont été utilisées, mais des ECE (estrogènes conjugués équins) et de l'AMP (acétate de médroxyprogestérone). De plus, ces hormones ont été données à des femmes d'âge moyen de 63 ans, ce qui ne correspond pas à la réalité clinique où, dans la majorité des cas, les femmes qui commencent l'hormonothérapie sont au début de leur ménopause. Une analyse détaillée de cette étude fait l'objet du chapitre 2 de mon livre Hormones au féminin : Repensez votre santé.

    Rappelons que...

    Le seul effet négatif trouvé statistiquement significatif dans l'étude WHI est l'augmentation du risque thromboembolique veineux.
    L'augmentation de ce risque est due au fait que les hormones utilisées sont différentes des hormones féminines et que les estrogènes ont été pris par voie orale.

     

    Quels sont les effets secondaires réels des hormones féminines bio-identiques?
    Les principaux effets secondaires de l'estradiol-17β sont : douleurs aux seins, ballonnement, sensation de fébrilité et saignements utérins.

    Quant au PrometriumMD, ses principaux effets secondaires sont : nausées, étourdissements et fatigue.

    Ses effets secondaires sont généralement attribuables à la période d'ajustement en début d'utilisation (ces effets sont temporaires); ou encore à des taux hormonaux non adéquats ou non équilibrés, d'où la grande importance des dosages hormonaux.

    En réalité, l'hormonothérapie féminine bio-identique (estradiol-17β transdermique et progestérone), à doses adéquates et équilibrées, comportent plusieurs bienfaits inestimables pour le bien-être et la santé des femmes.

    Diviseur
    Haut de page

    Dois-je cesser mes hormones féminines bio-identiques après cinq ans d’utilisation?

    La Société des obstétriciens et des gynécologues du Canada recommande de cesser l'hormonothérapie féminine après cinq ans d'utilisation et de ne la reprendre que si les symptômes persistent. Selon l'Association des obstétriciens et gynécologues du Québec (guide envoyé aux médecins en septembre 2009), l'hormonothérapie peut être un excellent deuxième choix dans le traitement de l'ostéoporose, et ce, sans limite de temps absolue.

    La recommandation de cesser l'hormonothérapie féminine après cinq ans d'utilisation provient principalement des résultats du premier volet de l'étude WHI. Je vous encourage à nouveau à lire le chapitre 2 du livre Hormones au féminin : Repensez votre santé, car c'est l'interprétation de cette étude qui a créé un état de panique.

    Peu de gens sont au courant du deuxième volet de cette même étude ainsi que des réanalyses du premier volet de l'étude qui apportent un éclairage différent et beaucoup plus rassurant.

    Pour ce qui est du risque de cancer du sein, je vous invite également à lire le chapitre 7 du livre Hormones au féminin : Repensez votre santé car on associe - à tort - le risque de cancer du sein à un taux élevé d'estrogènes. Vous constaterez que non seulement les estrogènes n'ont pas été démontrés cancérigènes, mais que le risque de cancer du sein n'est nullement associé à un taux sanguin plus élevé d'estradiol. Au contraire, ce sont le déficit en estradiol, le déficit en progestérone, l'excès d'insuline, certaines progestines (p.ex. : l'AMP), l'excès d'alcool et le manque d'exercice qui sont associés à une augmentation du risque de cancer de sein.

    Saviez-vous que...

    Le principal facteur de risque de cancer du sein est le vieillissement, et le vieillissement féminin est étroitement associé à un déclin des taux sanguin d'estradiol et de progestérone.

    L'âge moyen lors du diagnostic du cancer du sein est de 62 ans. À cet âge, les femmes ont un taux d'estradiol très faible, taux qui est environ cinq fois moins élevé que celui mesuré chez les hommes!


    Mon opinion est la suivante...

    Pour les femmes qui se sentent bien, je n'ai pas d'arguments scientifiques et logiques pouvant justifier l'arrêt de l'utilisation de l'estradiol-17β transdermique (gel ou timbre) et de la progestérone (PrometriumMD), et ce, lorsque prescrites à doses adéquates.
    Au contraire, je connais de nombreuses raisons d'encourager les femmes à continuer leur hormonothérapie. En effet, les évidences veulent que l'utilisation judicieuse de l'hormonothérapie féminine bio-identique exerce des bienfaits multiples. Par exemple, chez les femmes ayant débuté précocement, l'hormonothérapie féminine bio-identique exerce un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires, l'ostéoporose et la maladie d'Alzheimer.

    Saviez-vous que...

    Les maladies cardiovasculaires sont responsables de la grande majorité des décès chez les femmes. Près d'une femme sur deux va décéder d'une maladie cardiovasculaire.

    Quant aux fractures secondaires à l'ostéoporose, elles sont responsables de plus de décès que le cancer des ovaires et du sein réunis.
    Diviseur
    Haut de page

    J’aimerais prendre des hormones féminines bio-identiques. Connaissez-vous des médecins dans ma région qui en prescrivent?

    Dans Hormones au féminin : Repensez votre santé, vous trouverez aux pages 113 et 114 la liste des hormones féminines bio-identiques disponibles au Québec. Au chapitre 13, j'explique comment prescrire l'hormonothérapie féminine bio-identique avec art et science. Demandez à votre médecin de famille s'il veut vous prescrire ces hormones.

    L'expertise que j'ai développée concerne particulièrement les dosages hormonaux. Un de mes buts principaux que je me suis fixé est la recherche des dosages hormonaux qui optimisent les multiples bienfaits des hormones féminines pour le bien-être et la santé des femmes.

    Dans l'onglet Dre Sylvie Demers -Formation médicale, vous pourrez obtenir le nom des cliniques médicales avec qui j'ai une entente de formation et de supervision médicale. Depuis juin 2010, nous sommes heureux de vous annoncer l'ouverture d'une Clinique ménopause-andropause à Québec sous la bannière de l'Institut privé de chirurgie inc. qui offrira aux femmes et aux hommes des soins répondant aux plus hauts standards de qualité dans le domaine de l'hormonothérapie bio-identique.

    Diviseur
    Haut de page

    Est-ce que les hormones féminines bio-identiques sont couvertes par la RAMQ?

    Les hormones féminines bio-identiques sont considérées comme des médicaments d'exception par la RAMQ.

    Pour que l'estradiol-17β transdermique soit couverte par la RAMQ, la patiente doit présenter une ou des contre-indications aux estrogènes par voie orale, ou bien que ces derniers soient inefficaces. Quant à la progestérone, il faut deux conditions : la patiente doit avoir un utérus, et elle doit aussi présenter une intolérance importante à l'AMP.

    Des démarches ont eu lieu (mais sans succès pour l'instant) pour que l'hormonothérapie bio-identique soit couverte pour toutes les femmes. Pour plus d'informations, consulter l'onglet Dre Sylvie Demers - Centre ménopause-andropause Outaouais.

    Diviseur
    Haut de page

    Qu’est-ce que l’andropause?

    L'andropause se définit comme un syndrome clinique associé à une baisse du taux de testostérone chez l'homme. La testostérone chez l'homme, est en grande majorité produite par les testicules (~ 95 %) et dans une moindre mesure par les surrénales (~ 4 à 5 %).

    Avec l'âge, il y a généralement une baisse significative de la production de testostérone par les testicules. Selon l'étude américaine MMAS ( Male Massachussetts Aging Study ), publiée en 2002, de 40 à 65 % des hommes âgés de 40 à 70 ans ont un taux de testostérone suffisamment bas pour éprouver des symptômes tels que : baisse du désir, trouble de l'érection, irritabilité, tristesse, fatigue excessive et perte de plaisir.

    La testostérone est une hormone exerçant de multiples fonctions. La testostérone agit, entre autres, dans le cerveau, les muscles, les os, les vaisseaux sanguins, le tissu adipeux, les globules rouges et la prostate. La testostérone est aussi nécessaire à la libido, à la fonction érectile et à l'éjaculation normale.

    À propos des troubles de l'érection dans...

    • L'andropause : L'origine du problème est la baisse du taux de production de testostérone par les testicules.
    • La dysfonction érectile : L'origine du problème est due à une atteinte des vaisseaux (athérosclérose) ou des nerfs du pénis. Le Viagra , le Cialis et le Levitra constituent les principaux traitements de la dysfonction érectile.
    L'andropause et la dysfonction érectile peuvent coexister, d'autant plus que la fréquence de ces deux conditions augmentent avec l'âge.

    Le traitement spécifique de l'andropause consiste à donner de la testostérone, afin que l'homme retrouve un taux physiologique de testostérone qui permet de corriger ou d'améliorer ses symptômes.

    Les voies que je privilégie pour l'administration de la testostérone sont la voie orale (capsule) et la voie transdermique (gel).

    Selon les données scientifiques actuelles, l'hormonothérapie masculine à dosage adéquat est bien tolérée, ne serait pas hépatotoxique et ne provoquerait pas de comportement agressif. Les craintes que ce traitement favorise l'apparition d'un cancer de la prostate ne sont actuellement pas justifiées. De plus, l'administration de la testostérone bio-identique semble avoir des effets bénéfiques sur les systèmes cardiovasculaire et cérébral, en plus des effets positifs reconnus sur les muscles, les graisses, les os et la fonction sexuelle.

    En tant que clinicienne-chercheure en andropause et en ménopause, la Dre Demers a pour objectif que les hommes et les femmes puissent bénéficier des connaissances médicales actuelles afin de les mettre au service de leur santé et de leur mieux-être global.

    Diviseur
    Haut de page

    Vous avez d’autres questions?

    Pour des réponses à d’autres questions :              

    • Devenez membre du Club Privilège et vous aurez accès à des débats passionnants et à une foule de renseignements inédits!
    Accès membresNouvelles

    2014-09-07

    Formation aux médecins (24 octobre 2014)

    Tous les médecins peuvent avoir accès à une formation d'une journée... [ suite ]

    2014-07-08

    Club Privilège

    Certains nous demandent de connaître les sujets déjà traités dans le... [ suite ]

    2014-06-29

    Le paradoxe de l'obésité: Comment l'expliquer?

    Dans cette capsule-vidéo (pour les membres du Club Privilège), nous... [ suite ]

    Toutes les nouvelles
    Dernière parution